Les villages de Guilers

Les villages de Guilers

Implantation des villages sur le territoire de la commune – collection R&P

Inventaire des villages toutes époques confondues (cliquer sur le nom du village en bleu ci-dessous pour accéder au paragraphe le concernant)

Les domaines de Coat ty bescond, Kermerien, Keroual, Mesnoalet et du Stivel sont traités à part.

Beg al louarn
Buis (le)
Campir
Candy (le)
Castel an daol
Castelmein
Coadic ar foll
Coat ar gueo
Coat Kervaly
Coat mez
Coat tybescond
Coat ti ogan
Cosquer (le)
Cozmoguer Amon
Cozmoguer an Menec Cozmoguer Audren
Cozmoguer Jehan Gueguen Croas ar Pennoc
Croas lan
Croix-Rouge (la)
Dervez
Entrequear
Feunteun Viler
Feunteun goar
Gorre Guiller
Guenvez
Guerven
Guezen doul
Kerampennec
Ker ar Guen
Kerallan
Kerallouet
Keraudren
Kerboroné
Kerbrouennou
Kerdrel
Kerebizoun
Keredec
Keredern
Kerfestour
Kerfily
Kergariou
Kergompez
Kergozdezoc
Kergreis

Kerguen-Kerven
Kerguillo
Ker heol
Kerhouldry
Kerilis
Keriolet
Kerionnoc
Kerischia
Kerjean
Kerjezequel
Kerlidien
Kerloquin
Kerlubridic
Kermabiven
Kermaria
Kermengleuz
Kermerien
Kerminguy
Kermonfort
Keroual
Keroual bihan-bras
Keroum
Kerouriat
Keruzanval
Kervaly
Kervaziou
Kerzespes
Lambalez
Languero
Lannoc
Lanvian
Lescobleac’h
Lesvingant
Louc’h (le)
Menez bian
Menhir
Mescruguel
Mesnoalet
Mezantellou
Mez ar run
Milin gouez
Moulin neuf
Moulin du Buis
moulin Coatibescond 
moulin de Kerboroné

moulin de Pen an traon   moulin de Pen ar creach   moulin Stang ar coulm        moulin Villeneuve
Noadegalet
Oalejou (an)
Penanros Keroual
Pen an traon
Pen ar c’hoat
Pen ar c’hreac’h
Pen ar gar
Pen ar pont
Pen ar roz
Pen ar valy Penfeld
Penquer
Petit manoir (le)
Pont aliben
Pont cabioch 
Poul ar groas
Poulbroc’h
Poulglas
Poulpry Keroual
Poulpry Kermerien
Prat ar men
Prat ar stancou
Quartier Maugras
Quevrel
Quilliouarn
Roudous
Rest mouniz
Rouzic ar haor
Saint-Fiacre
Stivel
Ti coz Bodonou
Ti coz bourg
Ti dour
Ti naot
Ti pri
Ti reun
Ti tort
Tour (la)
Trévéoc
Tridour
Villeneuve (la)                                                       

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              

le DERVEZ – [ an Dervezh ]

collection R&P

Orthographe et signification

Le Dervez en 1734 ; Dervez en 1800.

Il peut y avoir deux explications à ce nom :

– la chênaie ou l’endroit planté de chênes, de «  dero » ou « derv » ;                                                                                   – la « journée » (de travail) de « deizh », qui donne « an dervez » ou « devez » (cf. Troude).

Données démographiques

En 1789, le village n’est composé que d’une maison habitée.

En 1800, 7 « individus mâles » résident au Dervez.

En 1946, on compte 5 habitants pour 1 ménage.

Historique

Le Dervez est la propriété du seigneur de Keroual en 1674. Vincent Le Coat en est le fermier. En 1734, Catherine Le Morvan naît au « manoir du Dervez ».

En 1837, Yves Férelloc est propriétaire du village. En 1881, il convertit une des habitations en crèche et construit un logis neuf, le logis actuel, d’abord occupé par des locataires (Cloarec), puis par la famille Férelloc elle-même à partir de 1925.

Entre 1843 et 1850, il bâtit trois logements sur la parcelle appelée « prat poul an dervez » (le pré du lavoir du Dervez). Elles sont transformées en bâtiments ruraux entre 1924 et 1931. L’une d’elles a été démolie en 1943 par les bombardements.

collection R&P                                                                                                                                           

la CROIX ROUGE

collection R&P

Plan de situation en 1960

1 – ferme construite en 1890
2 – maisons d’habitation construites en 1932
La croix est indiquée telle que sur le plan cadastral, à l’intersection du chemin de Keroual et de la route de Saint-Pierre. À l’origine, elle se situait contre le mur de protection des sources de la Marine.
En haut, le passage du CD 5. (schéma établi par A.STERVINOU en 2002)

Données démographiques 

Dans les années 1930, on compte 3 familles à la Croix Rouge.En 1946, 28 habitants pour 6 ménages.

Historique

La première référence cadastrale à la Croix Rouge date de 1882, même si, sans doute, les habitants ont donné ce nom de lieu dès l’érection d’une croix à cette entrée du domaine de Keroual. La Croix Rouge est donc un village nouveau créé sur une parcelle nommée « lannoc Feunten Viler » (la lande de Feunten Viler). Les matrices indiquent, en 1890, une construction nouvelle faite par René Kerboul, de la Croix Rouge. La ferme change de propriétaire en 1927, puis en 1944.

Les obus tirés sur les points stratégiques de Guilers (la batterie allemande de Kerjean n’est pas loin) détruisent la ferme en août 1944. Elle est reconstruite en 1952.

En 1932, d’autres maisons sont élevées au nord du bâtiment initial, à la lisière du bois de Coat Mez aujourd’hui disparu. Les riverains ont beaucoup protesté lors de la construction de la « quatre voies » dans les années 1970, c’est-à-dire lors du nouveau tracé de la RD 5 qui, comme ils disaient, les a amenés à être « enterrés ». Auparavant, ils se trouvaient au bord de la route menant à Saint-Pierre, alors que les travaux les « abaissèrent » à quelques mètres en contre-bas de la chaussée. De plus, une haie de cyprès rendait ce quartier froid et sombre ; elle a été enlevée dernièrement.

collection R&P

la croix Rouge donne son nom à un village en 1882. Elle a été dressée, dit-on, à la demande de la baronne Didelot à la suite du décès d’un de ses enfants, officier de marine, la teinte rouge rappelant la couleur du pont des navires. Cette croix, sur un plan de 1907, est érigée contre le mur de protection des sources de la Marine. La croix primitive fit remplacée par une autre croix rouge en 1956 et déplacée de l’autre côté du chemin de Keroual pour être mise en valeur. En 1994, c’est une troisième croix, bénite au mois de mai, qui marque l’entrée ouest du domaine de Keroual.  

Description du Père Castel (en 1980) : granite et bois, 1956. Trois degrés. Croix simple de section carrée. Inscription : Adoration 1956.                                                                     


Croix-rouge primitive collection R&P
Croix-rouge de 1956 collection R&P
Croix-rouge de 1994 collection R&P
Croix repeinte en 2021 -collection R&P 09/2021

CAMPIR – [ Kamp hir ]

Orthographe et signification

Campir en 1715.

Kamp-hit : le camp long ou en longueur. Par camp (s’il s’agit bien de cela), il faut entendre un établissement militaire.

Données démographiques

En 1789, le village comporte 3 maisons habitées.

En 1946, on compte 9 habitants pour 2 ménages.

Historique

Campir est situé le long de la voie romaine de Landerneau à Porsliogan. Une parcelle, « parc ar borgne », pourrait laisser penser qu’une borne milliaire romaine aurait pu se trouver là ! Y a-t-il eu un camp militaire, ou tout au moins un poste de garde à cet endroit aux temps anciens ? Les « parc coz vouguer » et « liors coz vouguer » (champ et courtil du vieux mur) le laissent penser dans la mesure où ces « coz vouguer » sont souvent des ruines que les Bretons insulaires nommèrent ainsi à leur arrivée en Armorique.

Si, en 1715, les registres n’indiquent que le « campir », le relevé des « feux » de 1789 distingue « campir huela » (le plus haut) et « campir isela » (le plus bas). Les bâtiments datent au moins des années 1830.                                                                                                                                                                                                                                                   

le CANDY – [ ar C’Hanndi ]

Orthographe et signification

le Candy en 1715.

Kanndy : lieu où l’on blanchit le linge, ou le fil de lin ou de chanvre. Le lin est mis à « rouir » dans une « ogenn » (cf. Coat ty Ogan, tout proche) ; puis il est blanchi dans le « kanndi ».

Plan de situation en 1834

collection R&P

L’exploitation du Candy comportait 8 ha répartis en 20 parcelles à l’époque de ce plan

 

Données démographiques (y compris le moulin)

En 1789 : 2 maisons habitées.

En 1800, 5 « individus mâles » habitent le Candy.

En 1946 : un ménage de 5 personnes.

Historique

Le ruisseau qui prend sa source au Candy et se jette dans la rivière du Tridour a sûrement été utilisé pour blanchir le lin. Pourtant, la parcelle où se trouve une mare, au nord-ouest des bâtiments, s’appelle « ar prat » (le pré), et non « prat ar poullin » comme on pourrait s’y attendre. « Poullin » (la mare au lin) se retrouve, par exemple, à Kerédern et à Coat ty Bescond.

Le 2 janvier 1786, la métairie du Candy est tenue en ferme par François Plouzanné. Cette ferme, qui dépend du domaine seigneurial de Keroual, consiste en « deux maisons s’entrejoignant couvertes de gleds » (chaume). Les deux maisons sont démolies au début des années 1880 pour faire place à un bâtiment neuf. Une habitation récente, de l’autre côté de la route, a agrandi le village                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   

le Candy en 1958 collection R&P

le Candy en 2002 collection R&P

FEUNTEUN VILER – [ Feunteun Viler ]

Orthographe et signification

Feunten Guillier en 1544 ; Feunteun Guiller en 1715 ; Feunteun Guiler en 1789 ; Feunteun Guyler en 1790 ; Feunteun Viler en 1887 ; Feunteun Guilers en 1911 ; Feunteun-Vilers en 1946.

Feunteun (la fontaine), Viler (de Guilers).

Malgré l’attraction du nom de la paroisse, Feunten Viler vient peut-être d’une des nombreuses sources de Keroual, connues autrefois pour leur caractère ferrugineux. Ce terme est traduit par melar en breton (dour melar = eau minérale). Précédé du mot féminin feunteun, on a alors velar. Feunteun velar est la source d’eau minérale, nom approprié à l’endroit.

Le hameau est également nommé « métairie de Feunteun Guyler ou Mescruguel » en 1790. Mez correspond à l’openfield anglais, c’est-à-dire le champ sans clôture ni talus ; krugell désigne une butte et, parfois, les vestiges d’une motte féodale. Mez-krugell : le champ de la butte. Sezny Piriou, le grand oncle d’Alain Stervinou, disait avoir démoli, entre les deux guerres, une butte au sud de Feunteun viler, près du carrefour de Kerjean. Le plan de 1834 montre une structure circulaire de 250 m de diamètre environ (5 ha), formée par la ligne de crête et par une limite nord en arc de cercle. D’autre part, deux champs s’appellent parc chapel, bian et bras (C 636 et C 637) : champ de la chapelle, ou d’un nommé Chapel, et un autre douar santel (C 629) : terre sanctifiée. Nul doute qu’il y ait eu en cet endroit une occupation très ancienne.

collection R&P

Données démographiques

Joseph Cloarec, de « Feunteun Guiller », est élu notable de Guilers en 1792.

En 1800, le village compte 7 individus « mâles ».

En 1946, 3 habitants.

Historique

Feunteun viler fait partie du domaine seigneurial de Keroual déjà au XIVème siècle. En 1674, le « manoir de Feunteun Guiler » est tenu en fermage par Yves Le Bail. En 1779, la métairie est baillée à Joseph Cloarec (cité plus haut).

La seconde guerre mondiale n’épargne pas Feunteun viler qui, comme le village voisin de la Croix Rouge, est détruit en août 1944.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                           

KERAUDREN – [ Ker Aodren ]                                                                                                                                                                         

collection R&P
plan de situation en 1834 collection R&P

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         

Données démographiques

En 1789, il est recensé un « feu habité » à Keraudren bras et un également à Keraudren bian. Très tôt, apparemment, tout ce secteur est nommé Saint-Fiacre par les différents agents recenseurs (en 1800, il n’est pas fait mention des « individus mâles » de Keraudren ; en 1946, l’INSEE ne connaît que le village de Saint-Fiacre !)

Historique

Keraudren se divise en deux : Keraudren bian, à l’entrée des deux villages, et Keraudren proprement dit un peu plus bas.                                                                                                                                                                                         

Keraudren

Hervé Leven tient la ferme de Keraudren, propriété du marquis Rosmadec de Molac, en 1674.

En 1890, François Le Bec, propriétaire résidant, reconstruit le logis.

Keraudren bian

En 1884, le capitaine de corvette Mesnard, propriétaire, fait démolir la maison d’habitation pour en reconstruire une nouvelle.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     

KERMENGLEUZ                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              

collection R&P

Orthographe et signification

Kermengleus en 1911.

Kermengleuz : le village de la carrière. Ce nom vient de la « garenne de la carrière » (goarem toul mengleuz – C410) présente sur le plan cadastral de 1834. Cette carrière se repère encore aujourd’hui, à gauche de la route de Brest à Saint-Renan. C’est un petit espace boisé où se trouvait la station d’épuration de Guilers.

Données démographiques

En 1946 : 26 habitants ; 4 familles.

Historique

En 1888, Aimé Hérisson de Beauvoir construit un manoir avec communs, écurie et parc boisé. Cette propriété n’a pas encore de nom. Il faut attendre 1911 pour lire les premières références à « Kermengleus », mais sans doute le nom a-t-il été donné plus tôt.

En 1928, Hérisson de Beauvoir vend le domaine à Mme Paoletti.

En 1935, Kermengleuz est partagé en deux par la vente des écuries et du logement des domestiques à Jean Manac’h, madame Paoletti laissant la jouissance de la mare (qui servait auparavant de piscine pour baigner les chevaux) et de la fontaine au nouvel acquéreur. Elle lègue ensuite le manoir et les autres dépendances à Jean-Louis Rumin, vicaire de Guilers.

En 1936, une « école des Pères » y est créée. Un an plus tard, l’association de familles, « les Amis de Kermengleuz », gère l’école. Le manoir sert de logement au directeur de l’établissement.

école – collection R&P
manoir en premier plan – collection R&P

Durant la Seconde Guerre mondiale, un corps de pompiers allemands occupe Kermengleuz : il y construit des douches et un réservoir d’eau de pluie.

Les bombardements du 4 septembre 1944 fragilisent le manoir qui, faute de restauration significative, se délabre. Il est rasé dans les années 1970.

En 1946, le village s’agrandit : une baraque est montée sur la chaussée délaissée de l’ancienne route du bourg à Saint-Renan.

En 1986, un lotissement est construit au nord-ouest du village primitif dont il ne subsiste que le logement des domestiques.

KERDREL

Orthographe et signification

Queldrel et Quel drel en 1834 ; Kerdreff et K/drell en 1887 : Kerdrel en 1946.

Le verbe trellan signifie éblouir : ker drell, le village éblouissant ?

L’orthographe de 1887, Kerdreff, signifie « le village du quartier », ce qui est aussi probable dans la mesure où Kerdrel est inclus dans le village de Kerilis.

Il est à noter que le nom existe alors qu’en 1834 il ne s’agit que de terres agricoles.il semblerait donc qu’un village existait avant cette date et que, seule, la toponymie en a gardé les traces.

collection R&P

Données démographiques

En 1946, un ménage de deux personnes.

Historique

Kerdrel est un « quartier » de l’important village de Kerilis en 1834. Il se compose de deux secteurs différents : le premier, au sud, est une terre à genêts d’une superficie de 3,5 ha (4 parcelles). Le genêt est cultivé à l’époque tant pour le bois de chauffage que pour la couverture de certains bâtiments agricoles et que pour la litière et le fourrage. Le second secteur comprend deux parcelles de terre labourable de 11.740 m². Ces parcelles, à l’exception d’une seule, appartiennent à Laurent Kerboul, forgeron, qui habite face au manoir de Kerilis.

C’est ce dernier secteur, plus près du bourg, qui garde aujourd’hui le nom de Kerdrel.

Sur un plan de 1994 est indiqué l’emplacement de la maison d’habitation, qui date de 1837.

La maison d’habitation date de 1837. Elle est située face à la mairie, non loin du gymnase « de Kerdrel ». En baptisant ainsi le premier complexe sportif bâti à Guilers, la municipalité a perpétué un nom autrement voué à l’oubli.

En 1837, le propriétaire, un certain Kerbasquer, paraît habiter Quevrel.

La maison subit un incendie le 19 septembre 1854 : il est dit que Jean-Marie Lamour, ancien de la Garde Impériale, se dévoua spécialement pendant l’incendie. La maison abritait trois ménages. Tous les puits des environs étaient sans eau.

Le second propriétaire, Gabriel Guéganton, fait reconstruire l’habitation dès l’année suivante. En 1858, il ajoute des mansardes sur le toit, qui sont aujourd’hui remplacées par des fenêtres de toit.

En 1896, Jean-Marie Coat, ouvrier au port de Brest, en fait l’acquisition et son lieu de résidence. Un an plus tard, François Marie Jézéquel, de Feunteun Viler, en est le nouveau propriétaire et, ce, jusqu’en 1929 où elle entre en possession d’Auguste Siffier.

photo actuelle de la maison – collection R&P

 

 

KERVAZIOU – [ Ker Marziou ]

Orthographe et signification

K/verziou en 1479 ; K/merziou, K/merchiou, K/meriou, K/maziou, Kermarziou en 1544; K/marziou en 1715 ; K/varziou, K/varsiou en 1734 ;K/vaziou en 1887.

Ker – Marziou : le village de Marziou.

collection R&P

Données démographiques

En mai 1789 : 7 maisons habitées, dont 6 fermes.

En janvier 1800, il y a « 26 individus mâles » entre K/marziou bras et K/marziou bian.

En 1946, 10 ménages et 47 personnes. C’est le village le plus populeux de Guilers avec Kerédern.

Historique

En 1479, Jean et Olivier Guillou font aveu de biens au village de K/verziou ; en 1506, autre aveu donné par un nommé Bloas. Les familles nobles de Lescarval et Penandreff possèdent Kervaziou respectivement en 1509 et en 1512.

Le rentier de 1544 donne déjà l’importance du village : Pierre Labbé et sa femme Catherine Bloaz, Hervé Labbé tuteur de Marie et Henriette Bloaz, enfants de Guyon Bloaz, déclarent des biens au village de K/merchiou. Cette même année, Henry an Algot (noté plus loin Henry le Halgouet) et sa femme Marie Galic font également aveu de biens (le village est noté K/merziou). Nouveau changement d’orthographe, toujours en 1544, pour l’aveu de Guillaume Morvan et de sa femme Catherine Pilguen, d’héritages au village de K/maziou. Enfin, Jehan Measgoff tient « au terrouer de Kermarziou » un courtil nommé Liortz Cozmoguer an Arch et un champ dit Meas an Heay Isselaff.

En 1674, il est dit que le « manoir et seigneurie de K/varziou braz » est tenu par Mathieu Loriant. Cette seigneurie appartient alors à Guillaume Penancoët de Keroual.À la Révolution, François Lesteven, l’homme le plus riche de la commune après le vicaire Yves Provost, est le premier maire élu de la commune. Il résidait au Stivel en 1782.

porte (gauche) en anse de panier sur une ancienne habitation du XVIIème s. à Kervaziou bihan(coll. Institut de Géoarchitecture – U.B.O. Brest)

Si Kervaziou est composé de 6 fermes à la Révolution, 50 ans plus tard le village comprend 8 exploitations : 5 à Kervaziou bihan et 3 à Kervaziou bras

 

.

la VILLENEUVE

Orthographe et signification

La villeneuffve en 1544 ; Ville Neuve en 1782 ; la Villeneuve en 1789.

Données démographiques

En 1789, il est recensé 3 « feux habités ».

En janvier 1800, 9 « individus mâles » résident à la Villeneuve.

En 1834, il existe 5 maisons d’habitation.

En 1946, 15 habitants regroupés en 5 ménages.

Historique

La Villeneuve est citée en 1478 dans la liasse B995 des Archives Départementales. En 1544, le « manoir de la Villeneuffve » appartient au seigneur de Keroual, François de Penancoët. La famille Penancoët possède ce domaine jusqu’à la vente de tous les biens par Louise de Keroual en 1714. En 1674, les « lieu et manoir noble » de la Villeneuve sont affermés à Thomas Le Guével.

collection R&P

À cette époque, les terres de la Villeneuve s’étendent sur 13,5 ha et comptent 35 parcelles. Ne sont pas inclues les parcelles appartenant à l’usine de la Villeneuve et l’étang.

collection R&P
collection R&P

 

 

 

 

 

vues du manoir de la Villeneuve

En achetant Kervaly, puis Keroual, les Didelots sont aussi acquéreurs de 3 maisons à la Villeneuve vers 1882.

L’habitation la plus au sud est achetée par la Marine et loge le « mécanicien des motopompes » de l’usine toute proche, en 1919

 

.

KERLOQUIN – [ Kerlokenn ]

Orthographe et signification

K/loquin en 1734 : l’orthographe n’a pas changé depuis, à l’exception du K/ (« K barré ») qui est écrit Ker depuis le début du XXème siècle.

Ker – lokenn : le village de la cabane, de la hutte. Le « lok », « loch », « lokenn » ou « lochenn » est l’ancêtre du hangar, une hutte à toit très pentu recouvert de genêts C’est un abri temporaire, reconstruit régulièrement.

Données démographiques

En 1789, le village comprend 3 feux (familles).

En 1800, 7 « individus mâles » habitent Kerloquin.

En 1946, on compte 8 habitants pour 1 ménage.

Historique

À ce jour, nous n’avons pas trouvé de référence antérieure à 1734 confirmant l’existence de Kerloquin.

En 1837, Melle Prigent, de Brest, est propriétaire du lieu.

En 1890, Jean-François Quéméneur, négociant à Saint-Renan, acquiert la ferme. Huit ans plus tard, il se rendra propriétaire de Pen ar Valy, tout proche.

En 1953, Joseph Ogor, de Bourg-Blanc, achète Kerloquin aux héritiers de Jean-François Quéméneur.

 

collection R&P

Quelques toponymes

– à l’ouest de la ferme se trouve un courtil appelé « liors leron », le jardin des voleurs.

– l’est, le « goarem cleuleur » indique la présence, à une époque reculée, de grands fossés, voire de douves. Cleumeur – kleuz meur : le grand fossé. Kleuz a le sens de retranchement, quand est attestée une occupation du lieu à l’époque gallo-romaine.

– à droite de la route descendant vers le Tridour, une parcelle évoque aussi les temps anciens par son nom de « mez ar voguer » : le champ du mur, rappel de vestiges de constructions.

– un terme n’est pas expliqué : il s’agit de « ar hôret » et « goarem ar hôret ». ces deux parcelles sont situées au nord-ouest de la maison d’habitation. Au Pays de Galles (GB), ce mot aurait le sens de « levée de talus », à rapprocher peut-être de kleuz meur cité plus haut ?

KERMABIVEN

Orthographe et signification

K/mabien et K/mapyven en 1544 ; K/mabiven en 1715 ; K/mabivin en 1800 ; Kerlabyvin en 1834.

Ker mab Iven : le village du nommé Abiven. Mab I ven, ou ab Iven, signifie fils d’Yvain (prénom d’un des chevaliers de la Table ronde) ou d’Yves.

Données démographiques

En 1789, chaque village (bihan et bras) se compose d’un foyer.

En 1800, 7 « individus mâles » habitent le village de Kermabivin.

En 1946, 16 habitants ; 2 ménages.

Historique

Les terres et fermes de « Kermapyven » et « Kermabien bian » appartiennent, en 1544, à François Penancoët, seigneur de Keroual.

Un siècle plus tard, en 1674, le « comte » de Keroual ne possède que Kermabiven bras, affermé à Gabriel Cottin. Kermabiven bihan est la propriété du « sieur Floch, marchand de drap de soye en la ville de Quimper » ; Jacques Le Becq en est le fermier.

En juillet 1715, Guillaume Perrot et sa femme Anne Bougaran tiennent la ferme de Kermabiven bihan ; ils sont remplacés dix-neuf ans plus tard par Mathieux Salaun et son épouse Marie Le Jeun.

En 1782, déclaration de la naissance de Barbe Bescond, fille de Sébastien et de Marie Chevert, de Kermabivin bras.

Kermabiven bras

Le baron Gusman est propriétaire de ce village en 1834. Il passe ensuite à la famille Baudin qui, par héritage, le transmet en 1814 à Émile Dard, secrétaire d’ambassade à Sofia.

Le 23 août 1874, la maison d’habitation, deux granges, deux écuries et la boulangerie sont la proie d’un incendie ; à cette époque, Kermabiven bras est habité par les époux Trébaol.

Kermabiven bihan

collection R&P

En 1837, ce village est la propriété d’une demoiselle Bazil. Édouard Kerros acquiert la ferme en 1879 : il fait démolir deux maisons en 1901 pour en construire une neuve.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        Plan de situation en 1834                                                                                                                                                                                        

collectin R&P
Ancienne maison d’habitation kermabiven braz – collection R&P
kermabiven bihan à gauche et braz à droite – collection R&P

LA TOUR 

extrait google

Orthographe et signification

Le Tour en 1734 et 1750 ; la Tour n 1 Tour en 1800.

Tour est masculin en breton, c’est pourquoi les premières traductions donnent « le » Tour.

Données démographiques, y compris le moulin

En 1674, le lieu noble de la Tour est affermé à Claude Ropartz.

En 1789, le domaine de la Tour se compose du manoir affermé, d’une maison et du moulin.

En 1800, 4 « individus mâles » habitent la Tour.

En 1946, 15 habitants : 2 ménages.

Historique

Le village de la Tour doit être habité depuis des temps très reculés. Les champs au-dessus recèlent des scories, des tessons de poteries, des pointes de charpente ; les restes d’une stèle étaient visibles dans les années 1960 (cf. le chapitre sur les Débuts du peuplement). La Tour qui donne son nom au hameau a-t-elle été bâtie pour surveiller le passage à gué du grand chemin de Recouvrance à Saint-Renan, ou est-elle encore antérieure ?

La maison actuelle paraît dater, au moins, des années 1835, car les matrices cadastrales ne font pas mention de démolition ou de construction nouvelle.

Le moulin de la Tour fait l’objet d’une page (cf. chapitre sur les moulins).

Plan de situation en 1834

collection R&P

À cette époque, la ferme et le moulin forment une exploitation de 50 parcelles sur 22,5 ha.

QUÉVREL 

Orthographe et signification

Guevrell en 1699 ; Quevrel en 1734 ; le Guévrel en 1750 ; Quévrel en 1789 ; Kevrel en 1946.

Faut-il voir la racine Kef (tronc d’arbre) ou Kev (caverne, grotte) ? Ou encore Ker + mel (village du miel) ?

Données démographiques

En 1789, le hameau est composé de deux villages : Quévrel (1 maison) et Quévrel bian (1 maison).

En 1800, 7 « individus mâles » habitent Quévrel.

En 1946, on dénombre 20 habitants pour 2 ménages.

Historique

Le 8 août 1734 est déclarée la naissance de Marie Jeanne Le Chuiton, de Quevrel.

En 1834, demoiselle Jenny Marzin, de Porsal, est propriétaire de Quevrel, tandis que Madame veuve Laligne, de Brest, possède Quevrel bian (le village le plus au nord).

Cette dernière maison est déclarée inhabitable en 1846. Elle est sans doute restaurée car les matrices cadastrales ne donnent pas de construction neuve.

Louis-Marie Billant (ou Bihant), cordonnier à Saint-Pierre-Quilbignon, fait, par contre, construire une habitation neuve à Qyevrel proprement dit en 1882. La vieille maison avait été démolie par son ancien propriétaire, Yves Bionard, de Guipavas.

Plan de situation en 1834

collection R&P

1 – parcelles évoquant un menhir (parc meinhir et goarem menhir)

2 – parcelles nommées « parc corps de garde »

3 – parcelle nommée « goarem pont ar red » (la garenne du pont du ruisseau). Le ruisseau de Lanvian passe sous un pont alors que, plus bas, le Roudous (gué) sert de limite entre Guilers et Milizac.

À l’époque de ce plan, le village s’étend sur 32,5 ha et comporte 51 Parcelles.

KERJÉZÉQUEL

Orthographe et signification

Kerjezequel en 1544 ; K/iezequel en 1735 ; K/jesequel en 1782 ; K/jézéquel en 1789 : K/jezequel en 1800 ; K/jezécal en 1882 ;Kerjézéquel en 1946.

Ker – Jezekel : le village de Jezekel. Ce prénom est devenu nom de famille sous les formes Jézéquel, Gicquel, yékel, etc.

Données démographiques

En 1789, le village comprend 3 feux (familles).

En 1800, 6 « individus mâles » habitent Kerjézéquel.

En 1946, on y compte 25 habitants pour 2 ménages.

Historique

Au milieu du XVIème siècle, le seigneur de Keroual, François de Penancoët, loue le lieu de Kerjézéquel à Jean Le Borgne pour 150 livres (par an).

Dans les années 1730, ce sont les Bervas et les L’Hopital qui cultivent la terre. À noter que la femme de François Bervas s’appelle Marie Jézéquel.

Un siècle et demi plus tard, le village est la propriété de Jules Monjarret de Kerjégu, bâtisseur du fameux château de Trévarez, dans le sud Finistère. En 1882,il fait démolir une ancienne bâtisse et reconstruit un bâtiment neuf. En 1885, il édifie une seconde maison d’habitation.

Jean Le Bloas, de Kerguillo en Bohars, et Pierre Kervennic, de l’Arc’hantel en Saint-Pierre, sont propriétaires des lieux pour moitié en 1900. La famille kervennic garde le village jusqu’en 2003, sauf la part appartenant à Guillaume Louzaouen de Mesnoalet en 1927, qui revient à Jean-François et Louis-Marie Kervennic (père de l’actuel propriétaire) en 1932.

Un lotissement et la gendarmerie de Guilers s’installent à Kerjezequel en 2003.

Plan de situation en 1834

(shéma Alain Stervinou, 2002)collection R&P

Quelques toponymes

– la parcelle en futaie, au sud du plan, s’appelle « liors parc ar pin » (le jardin du champ au pin), témoignage de la plantation de résineux sur notre commune.

– au sud des bâtiments agricoles, il est un courtil de 230 m² nommé « liors pour » (le jardin aux poireaux).

– la cour de la ferme est appelée « jardin ar pavé », qui rappelle que Kerjézéquel fut une terre noble car le sol autour des bâtiments d’habitation était dallé, ou tout au moins empierré, ce qui ne se faisait pas, jusqu’au premier quart du XXème siècle, dans les exploitations agricoles.

– les « gouaremmiou poul St Valentin » sont les garennes du lavoir Saint-Valentin, aujourd’hui figuré par un local associatif. L’actuel lavoir de Saint-Valentin, construit en 1955, est bâti plus à l’est.

KERIOLET

Orthographe

Keriolet en 1544 ; K/iollet ou Keriollet en 1674 ; K/iolet en 1789 : K/yolet en 1800 : K/iolet ou Keriolet en 1887 ; Kériolet en 1993.

Données démographiques

En 1789, le village comprend un feu (famille).

En 1800, 5 « individus mâles » habitent Keriolet.

Historique

ancien Keriolet

en1544, le village n’existe pas encore car le Rentier cite « … ung aultre parc nommé Kerriolet ». ce champ appartient à Jehan Meagoff.

130 ans plus tard, la ferme de Keriollet est affermée à Ropartz Marec pour 120 livres. Elle dépend alors du domaine de Keroual, qui a pour seigneur Guillaume De Penancoêt.

À la Révolution, François Mingant est fermier de « la métairie de K/iolet ». il a signé un bail daté du 15 mai 1779 se prolongeant jusqu’au 12 août 1786. En 1791, il occupe la charge de marguillier régisseur des biens de la paroisse Saint-Valentin. Le 3 Floréal An II (22 avril 1794), il doit fournir, par réquisition et tirage au sort, une jument au district de Brest ; il habite toujours Keriolet.

Les moulins dits « de Keroual » font aussi partie du village de Keriolet.

En 1834, la plus grande partie du domaine de Keriolet est entre les mains de Mme veuve Le Gros, née Marie-Josèphe Borgnis-Desbordes (1762-1835). Cinq parcelles appartiennent à Floch-Maisonneuve, négociant de Brest.

Mme Bérubé, née Marie-Aimée Le Gros, fille héritière du baron Le Gros (1748-1830), propriétaire de Keroual et maire de Brest, fait démolir le village de Keriolet en 1860.

ancien Keriolet

Les premières traces connues du « nouveau » Keriolet datent de 1882. À cette époque, le propriétaire en est Hyppolite Nicolas De Kersauzon De Penandreff (maire de Guilers de 1863 à 1874).

En 1888, la ferme appartient à Carl Didelot. En 1919, Keriolet passe aux mains de Mme De Cuverville, née Jeanne Marie Octavie Didelot. Durant la Seconde Guerre mondiale, Mme Du Cauze De Nazelle, née Didelot, à qui échoit la ferme depuis 1938, assistera impuissante à la démolition de Keriolet. Depuis 1940-1941, les Allemands ont entrepris la construction d’une batterie anti-aérienne au nord de Keriolet. Après avoir abattu les arbres et arasé les talus, ils décident, en 1944, de dynamiter la ferme de Keriolet et celle de Kerjean, de l’autre côté de la route. Les habitants de Keriolet trouvent un premier refuge aux écuries de Kervaly, non loin de là, avant de s’en aller jusqu’à Tréouergat pour attendre la fin du conflit.

collection R&P

collection R&P

(shéma Alain Stervinou, 2002)collection R&P

En 1834, le village s’étend sur 45,35 ha pour 62 parcelles. La terre labourable n’occupe que 23 % de la surface ; le reste se partage en lande et terre à genêts (51 %), pré et pâture, taillis et futaie. Les deux étangs ont une superficie de 5.720 m² et de 1.880 m².

Quelques toponymes

À l’ouest de la propriété, au-dessus de Kerjean, deux parcelles ont pour nom « goarem croas plat » (la garenne de la croix plate) et « goarem ar vengleuz » (la garenne de la carrière).

LANGUÉRO – [ Lann Kero ]

Orthographe et signification

Languero en 1765 ; Lanquero en 1782 ; Languéro en 1789.

Lann – Kero : la lande d’un nommé Kero (Quéro).

Données démographiques

En 1789,  il est recensé un « feu habité » (un foyer) à Languero.

En janvier 1800, 4 « individus mâles » y résident.

Le recensement de 1946 indique une famille de 7 personnes.

Historique

On remarque que Languéro est situé au nord de la voie romaine qui sert de limite entre Milizac et Guilers. Cette enclave vient sans doute du fait que la ferme de Languéro faisait partie des terres nobles de Keruzanval. De façon plus légendaire, on rapporte que, lors d’une grande épidémie, le recteur de Milizac refusa son aide aux fermiers de Languéro et que ceux-ci furent sauvés grâce à l’intervention du recteur de Guilers. Aussi souhaitèrent-ils être rattachés à la paroisse de Guilers.

En 1837, M. Riverieulx, chef de bataillon du Génie à Paris, est propriétaire du lieu.

En 1864, Goulven Le Bec construit une nouvelle habitation et transforme l’ancienne en hangar.

Pierre Kervennic, propriétaire, reconstruit une maison en 1909, à la place de celle érigée 45 ans plus tôt.

Quelques noms de parcelles

parc et liors an hent bras : le champ et le courtil du grand chemin, indiquent la voie romaine du nord de Guilers.

goarem prat ar coz len : la garenne du pré du vieil étang, montre l’aspect marécageux du lieu. En général, l’adjectif est placé après le nom en breton (lenn + kozh) ; la graphie précédente peut procéder d’un archaïsme, ou alors insister de façon péjorative (exemple : cosquer peut tout aussi bien vouloir dire le vieux village que le village délabré).

Tout ce secteur, au sous-sol argileux, se transforme dès les premières pluies d’automne en champs souvent inondés et mares temporaires.

Plan de situation en 1834

À cette époque, Languéro compte 17 parcelles pour une contenance totale de 6 hectares.

KERÉBIZOUN – [ Kerhebezomm ]

Orthographe et signification

K/hebezom en 1750 ; K/ebezoun en 1789 ; K/ebisson, K/ebizon et K/ibisson en 1837 ; K/ébizoun en 1887 ; Kéribon en 1911.

Kerébizoun (Ker heb ezomm) : le village sans besoin, sans soucis ?

Données démographiques

En 1789, deux familles habitent le village.

Historique

Au vu des recherches actuelles, la plus ancienne référence à ce lieu-dit est le registre des baptêmes et mariages de 1750.

En 1895, les deux habitations sont démolies par leur propriétaire, Gustave Le Goarant de Tromelin. Depuis 1973, le site de Kerébizoun est enfoui sous la route départementale 5 entre Kermengleuz et le rond-point de Kerébars.

MEZ AR RUN – [ Maez ar run ]


Orthographe et signification

Meas ar run en 1544 ; Mez ar run en 1834; Mézarreun en 1887; Mez Rhueunic en 1911 ; Mesreunic en 1946 ; Mez ar reunig en 1993.

Mez ar run : la campagne de la colline. Mez est, par opposition à park (champ) ou kloz (champ clos), une parcelle ou un ensemble de parcelles ouvertes, non entourées d’un talus, comme les « open-fields » de Grandes-Bretagne.

Run (prononcé reun dans le Léon) s’est transformé en reunig (runig) : petite colline.

Mez ar run est à flanc de coteau entre le ruisseau de Saint-Valentin, à 75 m d’altitude, et Pen ar Valy (87 m).

Données démographiques

En 1789, le hameau, englobé par le village de Kerouriat, ne comporte qu’une maisonnette.

En 1946, un couple habite « Mesreunic ».

Historique

Si Mez ar run est connu, au moins, depuis le XVIème siècle, ce village est sans doute un quartier du domaine de Kerouriat auquel il est assujetti de nombreux siècles avant de voir son nom réapparaître au XIXème siècle.

En 1834, René Tartu, ouvrier du port de Brest, est propriétaire de Mez ar run. Il déclare également une blanchisserie au nord de la maison principale.

En 1882, Pierre Le Moing y habite en tant que nouveau propriétaire.

Un autre « ouvrier du port », originaire de Saint-Pierre-Quilbignon, François Abiven, possède ce village à partir de 1912.

(shéma Alain Stervinou, 2002)

Mez ar run se compose de 4 parcelles sur moins d’un hectare à l’époque de ce plan.

PEN AR C’HOAD – [ Penn ar c’hoad ]

Orthographe et signification

Penarchoat en 1789 ; Penarcoat Kerusaval en 1834 ; Penarcoat en 1887 ; Pen ar c’hoat en 1985 ; Pen ar c’hoad en 2000.

Pen ar c’hoad (le bout du bois) rappelle les nombreux taillis que connaissait Guilers dans les temps anciens.

Données démographiques

En mai 1789, 1 maison habitée.

En 1946, un ménage de 15 personnes.

Historique

Le village de Pen ar c’hoat est sans doute un démembrement ou une ancienne métairie du lieu noble de Keruzanval. À partir du XIXème siècle, il apparaît que les fermes de Pen ar c’hoat et celle de Keruzanval, ayant le même propriétaire à l’époque de la création des premières matrices cadastrales, sont réunies, d’où le nom de Penarcoat Kerusaval ou Pen ar coat Kérusavel comme sur le plan ci-dessus. Seule la ferme de Keruzanval bihan, plus au nord, est différenciée car elle est divisée en plusieurs propriétaires.

En 1837, l’exploitation agricole appartient au comte de Guébriant ; de 1882 à 1892, elle est la propriété d’Henri Le Monnier. Elle passe ensuite dans la famille Lolliérou (ou l’Ollierou) jusqu’en 1912. Les maisons d’habitation sont rénovées dans les années 1940 par la veuve de François Oliviet, maître tailleur pour la Marine.

Pen ar c’hoat (coll. Institut de Géoarchitecture – U.B.O., Brest)

KERISCHIA

 

Orthographe et signification

Ker Ischia : le village d’Ischia (prononcer IS-KIA).

Historique

En 1972, un Italien achète un terrain sur Languéro pour y construire une maison. L’été 1975, lors de la « pendaison de la crémaillère », la marraine décide de nommer cette maison Ker-Ischia, alliant ainsi les origines bretonnes de l‘ancienne propriétaire avec les origines italiennes du nouveau propriétaire, natif de l’île d’Ischia, dans le golfe de Naples.

La maison est vendue en 1979 et les acquéreurs s’inquiètent de savoir si celle-ci a un nom, car ils se montrent désireux de lui garder son identité. Vient alors tout naturellement le nom donné par amusement.

Les panneaux, les nouveaux plans routiers et la commune ont institutionnalisé Ker-Ischia, au grand plaisir des premiers propriétaires. Ainsi en est-il parfois de la genèse d’un nom de lieu !…

Les commentaires sont clos.